© Helvetas / Simon B. Opladen
Népal

Un avenir dans son propre pays grâce à de petites entreprises

© Helvetas / Simon B. Opladen

Au Népal, il n’y a pas assez d’emplois pour les 400’000 jeunes qui accèdent chaque année au marché du travail. Un projet Helvetas permet aux jeunes provenant de milieux défavorisés de fonder leur propre entreprise et de créer ainsi de nouveaux emplois.

  • Nom du projet
    ELAM – promotion de petites entreprises
  • Phase de projet
    2017 jusqu’à 2020
  • Financement
    Ce projet est financé par des dons.
  • Secteur thématique
    Économie durable et inclusive

Du papier à base de fibres de bananier et des huiles essentielles

Au cours des dernières décennies, le Népal est devenu un réservoir de main-d’œuvre bon marché pour de nombreux pays, avec toutes les chances et inconvénients que cela implique. Un projet axé sur l’innovation technique et le développement d’entreprises contribue à la création de petites entreprises au Népal, tout en montrant comment l’argent envoyé au pays par des proches émigrés peut y être investi intelligemment.

Au Népal, sur les plus de 400’000 jeunes qui accèdent chaque année au marché du travail, 100’000 quittent le pays pour aller chercher du travail ailleurs, par exemple en Malaisie ou dans les pays du Golfe. Les migrants et migrantes qui travaillent sur les chantiers ou en tant que domestiques à l’étranger sont trop souvent victimes d’exploitation. Toutefois, l’argent qu’ils envoient dans leur pays d’origine représente plus de 30 pour cent du produit national brut du Népal. La migration professionnelle a déjà aidé des centaines de milliers de familles à sortir de la pauvreté. Grâce à ces fonds, elles ont pu se construire une maison, acheter des biens de consommation ou envoyer leurs enfants dans des écoles privées. Ces envois d’argent n’ont cependant que très peu d’effets sur le marché du travail.

Vos dons sont importants

Par exemple pour que des familles puissent accéder à de l'eau potable, pour que des enfants puissent aller à l'école et pour que des jeunes puissent suivre une formation professionnelle.
soutenir et faire un don
© Helvetas / Simon B. Opladen
On peut obtenir du fourrage pour le bétail à partir du tronc des bananiers, mais aussi du papier. © Helvetas / Simon B. Opladen
1/8
© Helvetas / Simon B. Opladen
On peut obtenir du fourrage pour le bétail à partir du tronc des bananiers, mais aussi du papier. © Helvetas / Simon B. Opladen
2/8
© Helvetas / Simon B. Opladen
On peut obtenir du fourrage pour le bétail à partir du tronc des bananiers, mais aussi du papier. © Helvetas / Simon B. Opladen
3/8
© Helvetas / Simon B. Opladen
De petites entrepreneuses transforment les troncs de bananiers en une masse homogène.  © Helvetas / Simon B. Opladen
4/8
© Helvetas / Simon B. Opladen
Les petites entrepreneuses transforment manuellement la masse homogène en papier. © Helvetas / Simon B. Opladen
5/8
© Helvetas / Simon B. Opladen
Pour fabriquer le papier les paysannes ont besoin de simples cadres. © Helvetas / Simon B. Opladen
6/8
© Helvetas / Simon B. Opladen
Pour fabriquer le papier les paysannes ont besoin de simples cadres. © Helvetas / Simon B. Opladen
7/8
© Helvetas / Simon B. Opladen
Pour fabriquer le papier les paysannes ont besoin de simples cadres. © Helvetas / Simon B. Opladen
8/8

Un projet Helvetas aide des jeunes provenant de milieux défavorisés à fonder leur propre petite entreprise: ils distillent des huiles essentielles à partir de menthe, d’eucalyptus ou de citronnelle. Ils transforment les troncs de bananiers en papier ou en ficelle. Ils fabriquent des pellets à partir de poussière de charbon de bois. Des briques d’argile crue sont enrichies de ciment pour en allonger la durée de vie.

Les personnes intéressées apprennent non seulement à fabriquer de nouveaux produits, mais découvrent aussi les bases de la gestion d’entreprise: comment établir un plan commercial, tenir une comptabilité, réinvestir des bénéfices. Le projet vise aussi à ce que les familles réinvestissement une partie de l’argent envoyé par leurs proches émigrés dans les petites entreprises. Les revenus issus de la migration professionnelle contribuent ainsi à dynamiser le marché du travail local. Les petites entreprises ainsi créées sont en effet sources de nouveaux emplois au pays.

© Helvetas / Simon B. Opladen
«J’adore réaliser les travaux de serrurerie dans une nouvelle maison. J’étais novice. Lors de ma formation, j’ai appris tout ce dont j’avais besoin pour commencer à travailler.»

Hem Raj Sapkota, 26 ans, plombier et serrurier à Dhangadhi, Népal

Économie durable et inclusive

Les plus démunis ne profitent pas toujours de la croissance économique. Parallèlement, la pauvreté empêche la mise en place d’une dynamique économique.

Comment Helvetas soutient des populations au Népal

Helvetas a lancé ses projets au Népal dès 1956. Le programme s’est étendu depuis, allant de la formation professionnelle aux ponts suspendus ou encore à la prévention de catastrophes.