© Helvetas / Simon B. Opladen
Népal

Rivières florissantes

© Helvetas / Simon B. Opladen

Avec le soutien d’Helvetas, des paysans sans terre cultivent dans les larges lits des rivières asséchées en dehors de la saison des pluies. Ils établissent des plates-bandes de légumes provisoires dans le sol humide et fertile. Les revenus qu’ils tirent de la vente des légumes les aident à sortir de la pauvreté.

  • Nom du projet
    Riverbed Farming – culture de légumes dans le lit des rivières
  • Phase de projet
    2017 jusqu’à 2020
  • Financement
    Ce projet est financé par des dons.
  • Secteur thématique
    Économie durable et inclusive

Lorsque les lits de fleuves asséchés deviennent des champs

En 2000, le Népal a interdit le servage et la servitude pour dettes. Pour cette société traditionnellement féodale, il s’agissait là d’une étape importante. Toutefois, cela n’a pas amélioré automatiquement les conditions de vie des serfs libérés, qui continuent de vivre dans une extrême pauvreté, tout comme les citoyens sans terre d’autres groupes de la population. Leur principal problème est de ne posséder aucune terre. Avec son projet «Riverbed Farming», axé sur le maraîchage dans le lit de rivières, Helvetas a déjà aidé des milliers de familles sans terre à subvenir durablement à leurs besoins.

Pour tous ces hommes et femmes sans terre, il a été étonnamment facile de s’extraire de la pauvreté. Avec le soutien d’Helvetas, ils cultivent dans les larges lits des rivières asséchées en dehors de la saison des pluies, dont le sol, fertile et humide, représente une chance pour tous ceux qui ne possèdent pas de terres.

En échange d’un modeste fermage, les familles obtiennent une parcelle où cultiver des légumes. Helvetas fournit l’aide de départ sous forme de semences et d’outils et fournit aux familles qui en ont besoin un accès aux microcrédits. Des instructeurs apprennent aux futurs paysans comment aménager les plates-bandes de légumes dans les lits des rivières, fabriquer du compost et comment faire pousser les plantons. Pendant le premier mois, les plantons doivent être arrosés avec l’eau tirée du fleuve, ensuite les racines sont suffisamment longues pour atteindre l’humidité du sous-sol.

Vos dons sont importants

Par exemple pour que des familles puissent accéder à de l'eau potable, pour que des enfants puissent aller à l'école et pour que des jeunes puissent suivre une formation professionnelle.
soutenir et faire un don
© Helvetas / Simon B. Opladen
Tout au long de la saison sèche, des familles sans terre cultivent des légumes dans les larges lits des rivières des plaines népalaises. © Helvetas / Simon B. Opladen
1/8
© Helvetas
Cette culture maraîchère saisonnière permet aux familles les plus démunies de gagner leur vie. © Helvetas
2/8
© Helvetas / Simon B. Opladen
L’aménagement des plates-bandes est un travail ardu qui exige notamment d’amender la terre sablonneuse à l’aide de compost. © Helvetas / Simon B. Opladen
3/8
© Helvetas
Les eaux résiduelles de la rivière servent à l’irrigation. © Helvetas
4/8
© Helvetas
Des légumes tels que les courges ou les melons se prêtent particulièrement bien à la culture dans les lits de rivières asséchés. © Helvetas
5/8
© Helvetas
L’instructeur local explique aux paysans et paysannes ce à quoi ils doivent faire attention pour s’assurer une bonne récolte. © Helvetas
6/8
© Helvetas
Au début, il faut arroser les plantons, mais ensuite, une fois que leurs racines se sont allongées, les plantes vont puiser dans les couches inférieures humides du lit de la rivière. © Helvetas
7/8
© Helvetas
Rupa Chaudhary peut récolter ses légumes pendant la saison sèche, ce qui lui permet de les vendre à bon prix au marché. © Helvetas
8/8

Les familles vendent une partie de leur récolte sur les marchés locaux et régionaux et en tirent un petit revenu. Comme les légumes sont cultivés pendant la saison sèche, la demande est grande et ils se vendent à un bon prix. Dès la troisième année, les jeunes paysannes et paysans peuvent se débrouiller sans aide et laissent ainsi la place à d’autres familles sans terre. Les bénéfices des ventes de leurs légumes leur permettent de subvenir eux-mêmes à leurs besoins. Ils peuvent financer eux-mêmes le fermage d’un terrain classique et même payer les frais de scolarité de leurs enfants.

9000 familles sans terre ont aménagé des plates-bandes de légumes sur 1000 hectares, ce qui leur a permis de s’extraire de la pauvreté. Helvetas s’engage auprès des autorités compétentes pour qu’elles prennent en charge ce système et continuent de confier le fermage des lits des rivières aux familles sans terre, rendant ainsi inutile la présence sur place d’une organisation de coopération au développement.

© Helvetas/Simon B. Opladen
«La majorité d’entre nous ne possède pas de terre. Mais depuis que nous cultivons le lit de la rivière Mohana pendant la saison sèche, nous pouvons malgré tout vendre nous aussi des légumes.»

Rupa Chaudhary, 24 ans, agricultrice dans les lits des rivières, Népal. Elle a bénéficié du projet d’Helvetas et veut envoyer plus tard ses deux enfants dans une bonne école.

Économie durable et inclusive

Les plus démunis ne profitent pas toujours de la croissance économique. Parallèlement, la pauvreté empêche la mise en place d’une dynamique économique.

Comment Helvetas soutient des populations au Népal

Helvetas a lancé ses projets au Népal dès 1956. Le programme s’est étendu depuis, allant de la formation professionnelle aux ponts suspendus ou encore à la prévention de catastrophes.