© Patrick Rohr

Moments de repos sur la route de l’exil

Tous les jours, des personnes ayant fui l'Ukraine arrivent à Palanca, dans le sud-est de la Moldavie. Fin mars, Patrick Rohr s'est rendu sur place pour constater l'impact de l'aide suisse.
TEXTE: Patrick Rohr – PHOTOS / VIDEOS: Patrick Rohr – 11 avril 2022
© Patrick Rohr

Un bruit sourd de détonation. Puis un deuxième. «Vous avez entendu?», demande Yevgeniya Sgerya, visiblement nerveuse. «Ça doit être le vent qui fait bouger la tente», répond quelqu’un. «Non, ça venait de plus loin», lance la mère de Yevgeniya de l’extérieur. «Peut-être étaient-ce des bombes». C’est possible: à seulement quelques centaines de mètres, de l’autre côté de la frontière, se trouve l’Ukraine. Depuis que la guerre y fait rage, on ne sait jamais où et quand les bombes vont tomber

Des bombes, de plus en plus près

La nuit dernière, la famille Sgerya a failli être touchée. Ce n’est pas la première fois dans cette guerre. Âgée de 46 ans, Yevgeniya habite avec ses cinq enfants et sa petite-fille – Alisa, dix mois, fille de sa fille aînée Viktoria – dans un village de 5000 habitants à l’est de Mykolaïv, non loin de la Mer Noire. Le 24 février, début de la guerre, les premières frappes sont tombées sur l’aéroport militaire du village voisin. Le jour suivant, après d’autres explosions, le courant a été coupé, suivi du gaz et de l’eau. Pour ne pas mourir de froid, les habitantes et les habitants se réunissaient le soir autour d’un feu.

Au bout de deux semaines, la situation est devenue invivable. Yevgeniya a alors demandé à ses enfants de réunir quelques affaires et la famille a rejoint Mykolaïv, où vivent les parents de Yevgeniya, espérant être plus en sécurité dans la grande ville. Mais la nuit dernière, des bombes sont tombées juste à côté de l’appartement, sur l’usine de turbines dans laquelle Aleksandr, le père de Yevgeniya, travaillait jusqu’à il y a quelques années. Ils ont alors décidé de fuir tous ensemble. De préférence aux États-Unis, où ils ont de la famille. Mais la priorité était de quitter l’Ukraine au plus vite. À sept heures du matin, ils sont montés à bord d’un bus avec d’autres personnes, pour arriver quatre heures plus tard au poste-frontière de Palanca, dans le sud-est de la Moldavie. La peur d’être touchés par une bombe les a accompagnés durant tout le trajet.

© Patrick Rohr
Au poste-frontière de Palanca, dans le sud-est de la Moldavie, les réfugiés sont accueillis au Help Point d'Helvetas. © Patrick Rohr

Faire un don

Venez en aide aux femmes, enfants et hommes concernés par la guerre en Ukraine!
Chaque don permet d'aider.

Un lieu pour les personnes vulnérables

À leur arrivée, Yevgeniya, ses parents, ses cinq enfants âgés de 12 à 21 ans et Alisa, sa petite-fille, ont pu se rendre dans l'une des tentes chauffées mises à disposition par la DDC et montées par Helvetas sur la place des bus de Palanca, à environ quatre kilomètres de la frontière. Des collaboratrices et des collaborateurs locaux s’y occupent de personnes réfugiées vulnérables et leur fournissent des biens de première nécessité. Les mères peuvent allaiter leurs bébés et leur changer les couches, tandis que les personnes âgées ou handicapées reçoivent un repas et une attention particulière. À l’instar d’Aleksandr, 67 ans, le père de Yevgeniya, qui a dû se faire amputer des deux jambes il y a quelques années, parce qu’il souffre de diabète sévère. Pour lui, le départ de Mykolaïv et le trajet jusqu’ici ont été particulièrement éprouvants et il est soulagé de pouvoir se reposer à l’abri des tentes chauffées. Viktoria, sa petite-fille de 21 ans, n’a quitté son travail de vendeuse dans un supermarché que la veille. Elle s’occupe de son bébé Alisa, avant de s’accorder elle aussi une pause. «La première depuis ce matin», dit-elle dans un rire empreint de soulagement.

© Patrick Rohr
Viktoria Sgerya, 21 ans, s'occupe de sa fille Alisa dans la tente chauffée mise à disposition par la DDC.  © Patrick Rohr

Arborant un gilet Helvetas jaune fluo, Liuba Mirsa, 28 ans, est la personne qui accueille les nouveaux arrivants sur la place des bus. Elle dit qu’ils sont nombreux à lui raconter comment ils sont restés chez eux coûte que coûte, attendant jusqu’au dernier moment pour fuir. Liubov («amour») – son vrai nom – les comprend bien; elle a elle aussi quit té l’Ukraine avec ses trois enfants pour venir en Moldavie. Elle habitait dans une petite ville près de Kiev avec son ami, un producteur de vidéos par drone. Le 3 mars, une semaine après le début de la guerre, ils ont senti pour la première fois les vibrations d’une frappe à proximité. Lorsque les explosions ont eu lieu de plus en plus près de chez eux, Liuba a décidé de partir avec ses enfants. Ils sont venus à Palanca, le lieu d’origine de Liuba, où vivent ses parents. Les hommes de 18 à 60 ans n’étant pas autorisés à quitter l’Ukraine, son ami n’a pas pu les accompagner. «Je suis très inquiète pour lui», dit Liuba.

Arrivée à Palanca, Liuba s’est annoncée à la commune dans le but de trouver rapidement du travail. La jeune infirmière diplômée ne veut pas être une charge pour ses parents. Ces derniers vivent d’une retraite d’environ 350 francs et se retrouver d’un jour à l’autre avec quatre bouches de plus à nourrir est un réel défi financier. Quelques jours plus tard, Liuba a appris qu’Helvetas cherchait du personnel pour l’accueil des réfugiés et s’est vu confier la poste de coordinatrice – un gros soulagement pour elle.

© Patrick Rohr
Aleksandr, 67 ans, se remet d'un trajet éprouvant dans une tente chauffée. © Patrick Rohr
1/4
© Patrick Rohr
Liuba accueille les personnes réfugiées et les aide à coordonner la suite de leur voyage. © Patrick Rohr
2/4
© Patrick Rohr
Liuba avec Yevgeniya et sa famille devant les bus dans lesquels les réfugiés arrivent à Palanca. © Patrick Rohr
3/4
© Patrick Rohr
Viktoria Sgerya et sa fille Alisa (10 mois) sont prises en charge par Liuba Mirsa au Help Point d'Helvetas. © Patrick Rohr
4/4

Conseil et soutien pour les réfugiés

Ainsi, depuis fin mars, Liuba accueille tous les jours, du matin à la tombée de la nuit, les réfugiés qui arrivent en bus à Palanca. Leur nombre varie en fonction du déroulement de la guerre. Les frères Alexandr et Calin Kostenko lui prêtent main forte. Eux aussi sont originaires de Palanca et habitaient en Ukraine: il y a 15 ans, ils avaient émigré ensemble à Odessa, ville située à 50 kilomètres d’ici, où ils ont chacun fondé une famille. De nationalité moldave, ils ont pu quitter l’Ukraine. De retour dans leur pays natal, où ils habitent avec leurs familles dans la maison de leurs parents décédés, ils ont, comme Liuba, cherché rapidement un travail. Ils sont heureux de pouvoir soutenir les personnes réfugiées grâce à Helvetas

Lorsqu’elles n’ont pas fui à bord de leur propre voiture, les personnes arrivant d’Ukraine montent dans une navette au poste-frontière, qui les conduit à la place des bus. Là, elles sont accueillies et prises en charge par Liuba, ses deux collègues et des collaboratrices et collaborateurs d’autres organisations. La plupart veulent poursuivre leur trajet le plus rapidement possible pour rejoindre par exemple Chisinau, la capitale moldave, où elles trouvent temporairement refuge dans l’un des centres d’accueil. Ou encore Bucarest, la capitale de la Roumanie, d’où elles peuvent facilement gagner d’autres pays de l’UE ou des États de l’espace Schengen comme la Suisse. D’autres ont besoin d’informations pour organiser la suite de leur voyage. «Mais elles ne peuvent pas rester ici très longtemps», explique Liuba, «quand beaucoup de gens arrivent en même temps, la place vient rapidement à manquer. De plus, nous ne sommes pas équipés pour la nuit.»

Soutien aux familles d'accueil moldaves

Découvrez comment Helvetas soutient les familles moldaves qui hébergent des personnes réfugiées. 

 

 

Cours à distance depuis l’Ukraine

Yevgeniya et sa famille sont prêts à repartir. Ils montent dans le bus qui les emmènera à Bucarest. L’enseignante en informatique se met à pleurer: elle s’inquiète pour sa classe de dernière année, 21 jeunes qu’elle a vus pour la dernière fois juste après le déclenchement de la guerre. «Je n’ai aucune idée de ce qu’ils sont devenus», dit-elle, et ajoute: «Nous devions organiser le bal de fin d’année.» En tant que professeure de classe, en Ukraine, Yevgeniya est un peu comme une deuxième mère pour ses élèves. Ne pas savoir comment ils se portent lui déchire le cœur.

 

© Patrick Rohr
«Quand beaucoup de gens arrivent en même temps, la place vient rapidement à manquer.»

Liuba Mirsa, 28 ans, coordinatrice d'Helvetas à Palanca

Liuba fait un signe d’au revoir à la famille, puis monte sur son vélo. Elle doit être à la maison à 14 heures, début des cours en ligne que l’Ukraine propose chaque après-midi pour tous les niveaux aux enfants qui ont fui la guerre. Pour les suivre, Roman, son fils de neuf ans, a besoin du téléphone portable de Liuba, car la famille ne possède pas d’ordinateur. En plus de l’ukrainien, les trois enfants de Liuba parlent le roumain, langue nationale de la Moldavie et langue maternelle de leur mère. Cela permet aux deux plus jeunes – Oleg, quatre ans, et Nina, trois ans – d’aller à l'école enfantine à Palanca. Roman va à l’école, il est en troisième primaire. Mais Liuba souhaite qu’il suive aussi l’enseignement ukrainien: «Sinon, il risque d’oublier le calcul», dit-elle en riant. «En Moldavie, le calcul n’est pas enseigné de la même manière qu’en Ukraine, c’est beaucoup plus compliqué. Je fais davantage confiance au système ukrainien.»

Liuba est convaincue que la guerre se terminera bientôt et qu’elle et ses enfants pourront rentrer à la maison.

C’est la conviction de la plupart des personnes parties en urgence et qui passent la frontière à Palanca. Elles ont quitté l’Ukraine, parce que c’était la seule solution. Mais il arrive que certaines retournent chez elles, parce que le calme est revenu à l’endroit où elles habitent. «Si nous devons fuir à nouveau, nous reviendrons, mais pour l’instant, nous sommes plus utiles à la maison qu’à attendre ici», lance une femme sur le point de monter avec sa fille dans une des navettes qui retournent à la frontière pour aller y chercher d’autres réfugiés – des personnes qui ont fui des villes et des villages meurtris par les bombes.

© Patrick Rohr
Les deux plus jeunes enfants de Liuba, Oleg et Nina, vont à l'école enfantine de Palanca. © Patrick Rohr

Collaboration et traduction sur place: Yevgeniya Inozemtseva, collaboratrice de l’Ambassade allemande à Kiev (actuellement en Pologne).

© Patrick Rohr / Helvetas
Patrick Rohr
Patrick Rohr, photojournaliste, s’est rendu en Ukraine à plusieurs reprises en 2015 et 2019 dans le cadre de ses propres reportages photos. Il écrit régulièrement sur les projets d’Helvetas en Asie et en Afrique.

Faire un don

Venez en aide aux femmes, enfants et hommes concernés par la guerre en Ukraine!
Chaque don permet d'aider.