Marché de Ouagadougou, Burkina Faso  | © Helvetas / Franca Roiatti
Genève – 10 février 2021

Pandémie de Covid-19: une nouvelle étude révèle l’impact préoccupant du coronavirus sur les populations les plus fragiles

© Helvetas / Franca Roiatti

Dans une étude récemment publiée, Helvetas et sept ONG européennes démontrent à quel point les populations des pays en développement souffrent des conséquences de la pandémie de Covid-19. Diminution des denrées alimentaires disponibles, chute des revenus, suivi scolaire mis à mal et niveau d’endettement en hausse sont les principaux résultats de cette étude. Les inégalités s’aggravent et d’autres apparaissent. Soutenir ces populations vulnérables est plus que jamais nécessaire.

Qu’est-ce que lla pandémie de coronavirus signifie concrètement pour les populations des pays en développement? Helvetas, organisation suisse pour la coopération au développement et l’aide humanitaire, s’est penchée sur cette question avec sept organisations non gouvernementales européennes (ONG). Le réseau d’ONG Alliance2015 a interrogé plus de 16'000 personnes dans 25 pays pour déterminer concrètement l’impact de la crise sanitaire. Les résultats sont édifiants:

Moins de nourriture, de revenus et d’éducation

  • Près d’une femme sur deux et plus d’un tiers des hommes disposent de moins de nourriture de moins bonne qualité pour eux-mêmes et leurs familles. En Afrique subsaharienne, cette baisse de la qualité et de la quantité des denrées alimentaires a été particulièrement important.
  • Presque trois quarts des personnes interrogées font état d’une baisse de revenus en raison de la pandémie. D’une part, parce qu’en tant que travailleurs occasionnels et travailleurs journaliers dans le secteur informel, ceux-ci ne peuvent plus gagner leur vie et, d’autre part, parce qu’ils reçoivent également moins de transferts d’argent de la part de parents nationaux et étrangers, comme le rapportent plus de trois quarts des personnes interrogées. Plus des deux tiers (72%) des agriculteurs sont confrontés à une baisse de revenus. Même parmi les travailleurs ayant un contrat de travail formel, plus d’une personne sur quatre a perdu son emploi. Plus des deux tiers des personnes interrogées ont dû emprunter ou acheter à crédit.  
  • Pour deux enfants sur trois, l’accès à l’éducation s’est détérioré parce que, dans de nombreuses régions, les écoles sont restées fermées pendant des mois sans offrir d’autres possibilités d’apprentissage. Dans certains pays, les écoles étaient toujours fermées huit mois après l’apparition de la pandémie.
  • Les difficultés croissantes attisent également les conflits dans les communautés et les familles. Dans l’ensemble, ce sont les personnes déjà vulnérables, telles que les personnes âgées, les personnes handicapées, les mères célibataires, les femmes et les enfants qui sont les plus touchées par la pandémie.

La santé se détériore

  • Le bien-être physique et psychologique des personnes interrogées s’est considérablement altéré en raison de la pandémie: un tiers des personnes interrogées ont fait état d’une détérioration de leur état de santé depuis le début de la crise sanitaire.
  • Les femmes en particulier souffrent de stress psychologique: elles supportent le fardeau du travail supplémentaire, de la garde des enfants et de l’anxiété de devoir gérer le ménage avec moins d’argent, de nourriture et d’eau. À cela s’ajoutent l’exiguïté des habitations ainsi que les préoccupations concernant l’avenir des enfants et le bien-être financier de la famille. Bien que les mesures de protection contre le Covid-19 sont bien connues de la plupart des gens, leur mise en œuvre est souvent difficile: les maisons sont surpeuplées et beaucoup de personnes n’ont pas les moyens d’acheter de l’eau, du savon et des masques – c’est en particulier le cas des réfugiés dans des camps. Il est d’autant plus important de soutenir ces personnes durement touchées.

Le soutien est plus urgent que jamais – pour créer des perspectives sur le terrain

La grande majorité des personnes interrogées (84%) jugent le soutien des ONG «utile», et plus des trois quarts d’entre eux ont déclaré que l’aide était réellement profitable à ceux qui en avaient le plus besoin.

Depuis le début de la pandémie, Helvetas a adapté plus de 100 projets dans une trentaine de pays partenaires pour promouvoir les mesures d’hygiène, tout en réduisant les conséquences économiques pour les femmes et les hommes concernés. C’est notamment le cas dans le plus grand camp de réfugiés du monde au Bangladesh.

Helvetas utilise maintenant les conclusions de l’étude pour mieux répondre aux besoins de la population dans la gestion de la crise sanitaire. «Les gens plus démunis ont plus que jamais besoin de notre soutien pour faire face aux répercussions de la pandémie et permettre ainsi de retrouver des perspectives locales», a déclaré Rupa Mukerji, membre de la direction d’Helvetas.

Pour plus d’informations:

Renseignements:

Chargé de partenariats de projets, legs et philanthropie
Frédéric Baldini

Photos à télécharger (Les images ne peuvent être utilisées que dans ce contexte et avec mention du copyright – ou après discussion avec Helvetas)