L’eau revient dans les canaux d’irrigation à Savane Dubois

A travers le projet PARER, Helvetas contribue à rendre les communautés résilientes aux désastres. Nixon Simin, est l'un de ces nombreux agriculteurs qui ont pu bénéficier des retombées positives des activités réalisées dans le cadre de ce projet.
PAR: Danio Darius – 13 août 2021

Maillot rouge, Bermuda noir, Nixon Simin tient dans la main un sachet noir dans lequel se trouve deux assiettes remplies de nourriture. Avec un képi blanc vissé sur la tête, il apporte à manger aux deux ouvriers agricoles qui travaillent pour lui dans son bananerais situé dans une localité communément appelée «Nan Sab» (Dans le sable). Ils sarclent.  Nixon Simin fait tout avec espoir.  

L’année dernière tout s’est mal passé pour lui. Il avait pratiquement tout perdu. Son jardin avait été détruit par la tempête tropicale Laura en aout 2020. Au cours de cette tempête, les rivières comme Felses, Citronnier et Massacre avaient laissé leurs lits et ont envahi tous les jardins qu’elles avaient trouvé sur leur passage.  « Mon champ de bananes avait  été totalement inondé. Les eaux en furie y avaient deposé du sable, des gravats et de la boue. Des bananiers ont été arrachés. D’autres ont été emportés», rapporte Nixon Simin qui a mis plusieurs semaines pour tout nettoyer, refaire les plates-bandes et tuteurer les bananiers. Il espérait ainsi sauver la récolte. Mais, c’était sans compter les dégats causés par la tempête sur le système d’irrigation.

« Les canaux étaient obstrués par les alluvions. L’eau n’y coulait pas. Et nos jardins n’étaient pas arrosés. Ce qui n’a pas été sans conséquences sur la récolte», relate Nixon Simin qui avait effectué un prêt à la banque pour cultiver son jardin. Mais à cause des dégats du cyclone, il n’a pas pu rembourser sa dette. 

S’il n’a pas eu des problèmes avec la banque c’est parce qu’il n’est pas un mauvais créancier. Cette année, il espère pouvoir se rattraper.  « Il y a de fortes chances que nous obtenions une très bonne récolte cette année», dit Nixon Simin, l’air confiant. Depuis que des travaux ont été effectués entre novembre 2020 et février 2021 au niveau des canaux d’irrigation à Savane Dubois, cinquième section communale de Marigot dans le département du Sud’Est, les terres sont à nouveau irriguées. Ces travaux visent le renforcement de la résilience de la population.

«Sans eau, il n’y a pas d’agriculture et sans agriculture, il n’y a pas de vie pour nous»

Nixon Simin, 38 ans, agriculteur à Savane Dubois dans le département du Sud'Est

Les habitants de Savane Dubois se sentent soulagés 

« C’est comme quelqu’un qui était malade et qui est maintenant guéri. C’est le plus grand bien qu’on pouvait nous faire», se félicite Nixon Simin tout en soulignant que la majorité des habitants de cette section communale vit de l’agriculture.  La nourriture des familles, l’écolage des enfants…pratiquement tout repose sur l’agriculture dans cette région du pays. La production de la banane vient en tête. La plaine de Savane Dubois est considérée comme la deuxième du pays, après celle de l’Arcahaie, en termes de production de bananes.  «Sans eau, il n’y a pas d’agriculture et sans agriculture, il n’y a pas de vie pour nous», dit Nixon Simin qui cultive également des épinards et des poivrons.

«Près de mille cinq mètres linéaires de canaux ont été curés dans le cadre des activités de mitigation de risques réalisées par la mairie de Marigot en collaboration avec le Conseil d’Administration de la Section Communale et le comité local de la Direction de la protection civile », précise Roger Dérally coordonnateur CASEC de Savane Dubois. Ces travaux avaient bénéficié des accompagnements techniques et financiers de la Helvetas Haiti à travers le Projet d’Appui au Renforcement de la Résilience aux Désastres (PARER). 

Directement concerné par le problème, Roger Dérally qui est également conseiller de la Fédération des planteurs de Savane Dubois estime que les travaux ont valu leur pesant d’or. « Les résultats sont déjà concrets », fait-il remarquer tout en saluant le courage et la détermination des planteurs qui avaient déjà commencé à nettoyer les canaux avec les faibles moyens dont ils disposent.

En plus du curage des canaux et de la réparation de certaines parties des canaux endommagées pendant le passage du cyclone, le projet consistait aussi en l’érection de trois portes métalliques sur le système. Ces dispositifs servent à partager l’eau du canal principal vers les canaux secondaires du réseau d’irrigation. Ce qui permet de distribuer l’eau pour l’irrigation des terres dans les localités suivant un horaire bien défini.

Nixon Simin longe le canal qui traverse son jardin 

 

Helvetas travaille avec les autorités locales 

René Danneau, le maire de la commune de Marigot se félicite de l’approche utilisée par la Helvetas Haiti. « Helvetas n’a pas fait pour nous, elle a fait avec nous », raconte-t-il tout en précisant que tous les acteurs du système de gestion des risques et désastres au niveau communal et au niveau local ainsi que les citoyens eux-memes ont été impliqués dans l’identification du problème auquel ils ont apporté ensemble une solution.

Réalisé dans les communes de Bainet et de Marigot dans le département du Sud’Est, le Projet d’Appui de la Résilience face aux Désastres (PARER) se propose de rendre les communautés résilientes aux désastres. Un objectif qui passera par le développement d’une attitude proactive et participative de ces communautés qui auront désormais les compétences et les techniques nécessaires pour mobiliser les ressources internes et externes pour la réduction et la gestion des risques de catastrophes afin de préserver leurs vies, leurs biens de subsistance, les services de bases et les ressources naturelles.

L'un des canaux secondaires qui ont été curés 
1/3
Les canaux servent aussi à autres choses 
2/3
Le CASEC Roger Dérally tenant la porte construite en amont du système d'irrigation 
3/3