© Helvetas/Isso Bationo

Romaric, une inspiration pour ses pairs

Autrefois convaincu que pour réussir il devait se rendre à l’extérieur, Romaric est de nos jours entrepreneur, promoteur d’entreprise et formateur pour ses pairs dans son pays. Il est aussi Prestataire de Service Local pour les projets Naafa/PASSAGE de Helvetas.
PAR: Josaphat Compaoré – 01 décembre 2021
© Helvetas/Isso Bationo

« Après l’obtention de mon baccalauréat en 2011, je n’avais qu’une seule idée en tête, aller à l’extérieur. Je me disais que c’était mon eldorado, je devais y aller pour continuer mes études et pouvoir trouver un boulot pour m’occuper de la grande famille dont je suis issue ».

À la suite de plusieurs tentatives visiblement vaines, Romaric Guel, ‘’Roma’’ dit-il son petit nom, a fini par s’inscrire à l’université de Bobo-Dioulasso en faculté de Sciences et Technologies. Il a entre-temps eu un accident de la circulation qui a failli lui couter la vie. « Je suis resté consigné pendant plus de 3 mois, cette période a été décisif dans ma vie, et c’est à ce moment que j’ai fait un bilan, j’avais cette rage de la réussite en moi, et c’était pendant ma convalescence que je me suis dite cette phrase qui est devenu mon guide ‘’avec ou sans l’extérieur je dois réussir’’ ». C’est à se moment que Romaric s’est lancé dans la vie active ce qui l’amènera à croiser les activités des projets Naafa/PASSAGE.

Une fois la santé recouvrer, Roma a commencé à participer à des formations dans le domaine de l’entrepreneuriat au niveau de la chambre de commerce de Bobo-Dioulasso. « Pendant ces formations, en deux semaines j’ai gagé 150000 francs, j’ai donc fait un calcul rapide et j’ai vu des opportunités et une liberté financière dans le domaine de l’entrepreneuriat, il explique. « C’est partir de là que j’ai voulu créer une entreprise. Ayant déjà des connaissances et passionné de l’entrepreneuriat, après réflexion je trouvais que nos produits locaux ne sont pas suffisamment transformés ». C’est dès lors qu’il a décidé de se lancer dans la transformation agroalimentaire.

En effet, à partir de 2016, Romaric a commencé la production et la vente de jus et de vin. Jeune et conscient des enjeux de l’entrepreneuriat, il chercha dès le début des partenariats ; ce qui lui a permis de bien s’installer pour créer son entreprise. Ainsi, il a une unité de transformation et d’incubation bien équipée et fonctionnelle dans un lycée professionnel de la ville où il produit et forme les jeunes aussi à son métier. Reconnu officiellement en 2018 sous la dénomination TRANS-CO-ALIMENTS -transformation, conservation des aliments- l’entreprise de Roma, offre une diversité de produits. « Dans notre unité, nous excellons dans l’agro-alimentaire, nous produisons des jus naturels, nectar de mangues, de papaye, de  pomme d’acajou, de produits forestiers non ligneux comme la liane, le tamarin; nous faisons aussi du sucre raffiné, la fermentation alcoolique, lactée, la transformation de la tomate, de la viande hachée et nous faisons aussi des formations en agroalimentaires ». De nos jours, TRANS-CO-ALIMENTS produit plus de 40000 bouteilles par mois et emploie de façon permanente 5 personnes, temporairement 10 et 3 personnes de façon indirecte. Depuis sa création, l’unité a formé et incubé plus de 250 étudiants sur la transformation agroalimentaire. TRANS-CO-ALIMENTS réalise des prestations de formations dans les régions des hauts bassin et cascades.

© Hevetas/Isso Bationo
Romaric racontant son histoire à des étudiants venus en visite dans son unité de production. © Hevetas/Isso Bationo
1/3
© Helvetas/Isso Bationo
Des élèves en travaux pratique dans l'unité TRANS-CO-ALIMENTS. © Helvetas/Isso Bationo
2/3
© Helvetas/Isso Bationo
Une production de jus d'orange naturel. © Helvetas/Isso Bationo
3/3

« Pour paraphraser Descartes, le bon sens au monde est la chose la mieux partager ; pour moi, un homme n'est utile que lorsqu’il rend quelque chose d’utile à sa société ». C’est ainsi que Romaric voit les choses, ce qui lui pousse à toujours aller à la recherche de la connaissance et il n’hésite pas à la partager avec ses pairs. Il trouva une occasion rêvée, ce qui lui vaut d’être un Prestataire de Service Local aujourd’hui. « C’est sur internet que j’ai vu une annonce dans laquelle Helvetas recherchait des PSL pour la mise en œuvre du projet Naafa/PASSAGE j’ai vu vraiment une opportunité de partager et d’acquérir de nouvelles connaissances donc j’ai postulé sans hésiter. Ainsi depuis 2020, je joue le rôle de formateur et coach auprès des jeunes de Bobo-Dioulasso» dit-il avant d'ajouter, « En tant que PSL, j’assure des formations en projet de vie, en entrepreneuriat, je fais aussi le coaching, le suivi et la formation technique au sein de TRANS-CO-ALIMENTS. Dans son rôle de PSL, il a d’abord bénéficié d’un renforcement de capacité dont il en est aujourd’hui fier. « Helvetas nous a permis aujourd’hui d’être un coach professionnel, un formateur aguerri ce qui nous a permis de mener des activités grâce aux compétences acquises, avec les autres PSL nous arrivons à créer des synergies d’actions pour nos affaires ».

© Helvetas/Isso Bationo
Romaric en formation sur les projets de vie. © Helvetas/Isso Bationo
1/3
© Helvetas/Isso Bationo
Renauld reçoit la visite de Romaric, son coach formateur dans le cadre du suivi des activités. © Helvetas/Isso Bationo
2/3
© Helvetas/Isso Bationo
Romaric avec ses amis autour d'un thé discutant des questions de chômage. © Helvetas/Isso Bationo
3/3
«Quand j’ai toujours la possibilité de transmettre ces compétences reçues, que ce soit dans les rues, les grins de thé, avec des amis, quand on discute, on échange, je partage toujours ces connaissances.»

Romaric Guel, PSL, 34 ans.

Romaric est d’autant plus fier des impacts de son métier de Prestataires de Service Local.  « L’impact est perceptible parce que le retour est tour positif, souvent en pleine ville des jeunes m’interpelle, ‘’coach merci car aujourd’hui je maitrise la gestion financière, il y a une croissance dans mon activité etc’’. Outre, les bénéficiaires du projet, il y a d’autres jeunes qui nous contactent pour les épauler dans ce qu’ils font en matière d’entrepreneuriat et c’est toujours un plaisir de les venir en aide ».

Par ailleurs, Romaric reconnait que dans le domaine de l’entrepreneuriat, les difficultés ne manquent pas, cependant, grâce à la formation en GPSC qu’il a reçu d’Helvetas, il arrive à faire bonnes communications pour surmonter ces difficultés avec les jeunes. Quant à lui-même, il confie ceci : « je prends les échecs comme des victoires et pour moi chaque difficulté que je surmonte, chaque échec que je trouve la solution est comme un gallon que j’ai reçu, une expérience que j’ai acquise. Les échecs m’ont formé et mont rendu fort et fais de moi un homme courageux ». Il conclut en disant : « j’ai traversé le désert, je suis dans la savane et je m’en vais dans la forêt, à tous les jeunes je leur dis de croire en eux dans tout ce qu’ils feront ».

«A la jeunesse ; le Burkina est un pays d’opportunités, les ressources sont disponibles, les conditions sont réunies pour entreprendre, alors, jeune! trouve ton idée d’entreprise, lève-toi, bat-toi et croit en ton activité, je l’ai fait et j’en suis fier.»

Romaric Guel, PSL, 34 ans.