Inauguration des nouveaux réservoirs d'Antranokarany et Ampondrabe | © Helvetas
Madagascar – 30 septembre 2018

Un accès raisonnable à l'eau potable pour les habitants d'Antranokarany et Ampondrabe

© Helvetas

Deux réservoirs d’eau assurent désormais l’approvisionnement en eau potable des fokontany d’Antranokarany et d’Ampondrabe, Commune rurale d’Antranokarany, district Ambanja, dans la région de Diana. L’ancien réservoir d’Ampondrabe a été réhabilité et un nouveau réservoir de 60m3 dessert le fokontany d’Antranokarany. Les travaux ont été financés par Helvetas Madagascar à travers le programme Muensingen. L’inauguration a eu lieu le 30 août 2018 avec la présence de plusieurs personnalités tels les représentants du CISCO, des services d’inspection sanitaire, des élus et le chef de District.

Les fokontany Antranokarany et Ampondrabe sont situés au sud d’Ambanja ; si le premier est accessible toute l’année, le second ne l’est qu’à pied en période de pluie. L’agriculture est la première activité des villageois de ces deux fokontany, ils vivent principalement de la culture du cacao.

Des infrastructures d’eau existaient au niveau des deux fokontany mais ne sont pas fonctionnelles, quelques ménages possèdent leurs propres puits, la plupart utilisent l’eau du ruisseau pendant la saison d’étiage.

Le problème d’approvisionnement en eau potable affecte la santé des habitants, les maladies diarrhéiques sont courantes, atteignant surtout les enfants.

Ces réservoirs alimentent actuellement 32 points d’eau dont 29 branchements privés et 03 points d’eau collectifs et bénéficient à 1'360 personnes habitant les deux fokontany incluant des femmes et hommes défavorisés, des écoles et centres de santé de base. Chaque branchement social ou collectif dessert entre 5 à 10 ménages.

Les réservoirs nouvellement construits et réhabilités sont alimentés par un système gravitaire qui consiste à capter l’eau à partir des sources existantes en hauteur, sans recourir à la mise en place de pompes.

Auparavant, les villageois devaient verser une cotisation annuelle de 2'000 ariary par an pour assurer les entretiens ou travaux de réhabilitation de l’ancien système et la gestion était assurée par la communauté elle-même. Pour que les nouvelles infrastructures soient pérennes, il est nécessaire d’instaurer un système payant et de confier la gestion à un privé. L’instauration du système payant est dicté par le Code de l’Eau Malagasy pour assurer la pérennisation des investissements et d’assurer un accès équitable aux ressources en eau pour les ménages des fokontany. Ainsi, le litre d’eau coûtera désormais 1,6 Ariary mais les habitants pourront s’approvisionner en eau potable toute l’année et sont dispensés des corvées d’eau pour s’adonner davantage à leurs activités quotidiennes.