Premier marché de vanille à Ambodimandresy Andapa | © Helvetas
Madagascar – 28 octobre 2018

Premier marché de vanille dans le village d'Ambodimandresy

© Helvetas

Ambodimandresy est un village qui se trouve à l’extrémité Nord-Ouest de la cuvette d’Andapa, région SAVA, Madagascar. Une centaine de familles y vivent, en périphérie de l’aire protégée COMATSA. La gestion de cette aire protégée a été transférée aux communautés locales de base (COBA). Le manque de ressources financières et la faiblesse des compétences de gestion rendent la conservation de l’aire protégée difficile. La mise en œuvre du plan de gestion est peu effective et l’insuffisance de revenus pousse certains villageois à piller les ressources naturelles de la forêt (exploitation des bois, fabrication de charbon, etc.).

La majorité des producteurs produisent de la vanille. L’inexistence de marché officiel dans le village d’Ambodimandresy favorise les petits commissionnaires qui imposent un bas prix aux villageois. Ceci occasionne un manque à gagner pour les producteurs et pour la Commune (en termes de ristourne).

Le programme Revenus Pour la Nature intervient dans la région. Helvetas appuie les producteurs à améliorer leurs moyens de subsistance pour un meilleur revenu et moins de défrichement. « Helvetas a facilité l’ouverture de marché et a mis le village en relation directe avec une grande société acheteur » témoigne Jean Justin RAFARALAHIVOLA, un producteur. « Les vérificateurs formés par le projet gèrent le marché de vanille d’Ambodimandresy », affirme Florent RABEZAKA, un autre producteur. « Les jeunes ont aussi été bénéficiaires avec le transport des produits », poursuit Jean Parisy TSARAHAJA, un jeune du village. « Il y a eu un réel progrès au niveau de notre ménage » assure Catherine RASOAMIHAJA, une mère de famille. « Le marché est bienfaisant avec la venue de l’organisation » conclut ROZIDOZY, une productrice âgée.

Le partenariat avec l’entreprise privée a permis de générer une prime de 1’500 Ariary (0.50 CHF) par kilo de vanille vendu à l’entreprise pour financer des activités de conservation effectuées par les COBA. Ce schéma de financement relie l’acheteur, les producteurs et la gestion de l’aire protégée. Comme le marché est devenu officiel, la traçabilité et la qualité de la vanille ont pu être contrôlées et la Commune a pu percevoir une ristourne venant du village.