© Helvetas / Flurina Rothenberger
Bénin

Eau potable – de la fontaine à la cruche

© Helvetas / Flurina Rothenberger

Trop souvent, l’eau propre issue des nappes phréatiques est contaminée lors du trajet entre le puits et la maison. Parallèlement à la construction ou la réparation de puits, Helvetas met l’accent sur le transfert de connaissances au sujet de l’hygiène et de la santé.

  • Nom du projet
    QualiEau – assurer la qualité de l’eau
  • Phase de projet
    2016 jusqu’à 2019
  • Financement
    Ce projet est financé par des dons.
  • Secteur thématique
    Eau

Construire des puits et se laver les mains

Devoir apporter soi-même à la maternité l’eau nécessaire pour pouvoir mettre un enfant au monde nous semble incongru. Au nord du Bénin, c’est pourtant tout à fait normal. Même les centres médicaux n’ont pas assez d’eau pour assurer les soins, ni pour nettoyer le linge, les salles et les appareils. L’eau souvent insalubre que les proches apportent met en péril la santé des patients, des mères et leurs nourrissons. La situation observée dans les centres médicaux montre à quel point le nord du Bénin manque d’un système adéquat d’alimentation en eau potable.

En cinq ans, Helvetas a permis de construire ou d’assainir plus de 140 puits dans les établissements médicaux, les écoles et les villages, ce qui bénéficie à près de 40’000 personnes. Davantage de puits devraient encore être construits dans le cadre du projet «QualiEau» dont 20’000 personnes supplémentaires profiteront. La construction de puits ne suffit cependant pas à elle seule. Des analyses ont démontré que l’eau salubre des puits est contaminée par des microbes lors de son transport et de son stockage dans les foyers. Tout projet de construction de puits doit donc s’accompagner d’explications relatives aux liens entre l’eau, l’hygiène et la santé.

Parrainage pour l'eau

Prendre un parrainage pour l'eau, c'est offrir chaque année à une famille l'accès à l'eau potable.
Devenir marraine/parrain
Montant annuel de votre choix
(à partir de CHF 360)
Annuel
© Helvetas / Flurina Rothenberger
Les réparateurs ambulants sont sur place lorsqu’un puits présente un dysfonctionnement. © Helvetas / Flurina Rothenberger
1/5
© Helvetas / Flurina Rothenberger
Les travaux d’entretien sont payés au moyen de l’argent de l’eau que prélèvent les préposées au puits. © Helvetas / Flurina Rothenberger
2/5
© Helvetas / Rothenberger
Les travaux d’entretien sont payés au moyen de l’argent de l’eau que prélèvent les préposées au puits. © Helvetas / Rothenberger
3/5
© Helvetas
Les femmes qui vivent à proximité des puits sont souvent formées au métier de préposée au puits. © Helvetas
4/5
© Helvetas
Elles gagnent ainsi un revenu complémentaire. © Helvetas
5/5

Helvetas collabore directement avec les municipalités et les communautés villageoises qui réalisent elles-mêmes le projet pour encourager l’hygiène, l’approvisionnement en eau et la construction de latrines. Helvetas les aide à se constituer un savoir-faire technique et administratif. Aux puits communautaires, les comités de gestion du point d’eau prélèvent quelques centimes par bidon d’eau. Les consommateurs et les consommatrices savent qu’ils ne paient pas l’eau, mais bien l’entretien du puits. Bien souvent, les femmes qui vivent à proximité du puits sont formées à la fonction de préposée au puits, ce qui leur permet de gagner alors un petit revenu complémentaire. Elles ont ainsi un intérêt économique à ce que «leur» puits reste propre et elles en assurent le bon fonctionnement.

«Avant, nous rencontrions de nombreux problèmes d’infections car l’eau apportée par les familles des patientes et des parturientes était souvent insalubre.»

Nafissatou Bagana, sage-femme à la maternité de Sirarou au Bénin

© Helvetas
Auparavant, les patients et les parturientes devaient apporter leurs propres rations d’eau au poste médical de Sirarou, dans le nord du Bénin. © Helvetas
1/9
© Helvetas
Aujourd’hui, un puits a été installé sur le terrain et alimente le poste médical, la maternité, mais aussi l’école qui se trouve à proximité. © Helvetas
2/9
© Helvetas
La salle d’accouchement peut désormais être nettoyée de fond en comble. Avant, les infirmières ne disposaient, en cas d’extrême nécessité, que d’eau provenant du point d’eau, très éloigné. © Helvetas
3/9
© Helvetas
Grâce au nouveau lavabo, la sage-femme Nafissatou Bagana peut se laver régulièrement les mains. © Helvetas
4/9
© Helvetas
L’hygiène est essentielle lors de l’examen des femmes enceintes. © Helvetas
5/9
© Helvetas
Une fois que l’eau du puits est pompée dans le château d’eau, elle peut couler du robinet dans la salle de traitement. De plus, une citerne collecte les eaux de pluie. © Helvetas
6/9
© Helvetas
La maternité reculée dispose d’équipements simples, mais elle est propre. © Helvetas
7/9
© Helvetas
Beaucoup de femmes s’y rendent pour s’y faire examiner. © Helvetas
8/9
© Helvetas
Le premier enfant de Sabi Bakés est mort peu après la naissance. Pourtant il aurait dû vivre. Selon la sage-femme, depuis qu’il y a de l’eau salubre à disposition, les infections ont diminué tant chez les mères que chez leurs enfants. © Helvetas
9/9

Eau

Les personnes les plus pauvres ne disposent souvent que d’eau polluée. Chaque année, Helvetas permet à près de 500’000 d’entre elles d’accéder à l’eau potable et à des installations sanitaires.

Comment Helvetas soutient les populations au Bénin

Le travail d’Helvetas au Bénin se focalise sur la formation et l’insertion professionnelles, l’eau potable et une meilleure infrastructure sanitaire.

Des paysannes urbaines au Bénin

Découvrez comment la culture de légumes bio a amélioré le quotidien de nombreuses petites paysannes au Bénin.