Kampagne 2021 Mosambik | © Ricardo Franco

L'égalité des chances ne doit pas relever du hasard

Le hasard a voulu que Madina, Sundar et Clemencia naissent dans un lieu où ils sont privés d'eau propre, de formation ou de participation citoyenne. Faites de l'égalité des chances une réalité!
© Ricardo Franco

Il n’y a pas de plus grand hasard que la vie. Notre lieu de naissance détermine quelles opportunités nous aurons, ou non, au cours de notre existence.

 

Là où l’eau potable fait défaut, les habitantes et habitants luttent pour survivre. Là où les individus n’ont pas accès à la formation, ils ont peu de chances d’avoir un revenu sûr. Et là où des personnes sont victimes de discrimination, voire de menaces, elles sont privées de la possibilité de s’épanouir et de contribuer à une société stable. Les histoires personnelles de Madina Muhuthage, Sundar Thapa et Clemencia López Cabrera font figure d’exemples pour toutes les personnes à qui le hasard de la naissance a refusé des droits fondamentaux.

Nous ne voulons pas accepter cette injustice. 

 

Chacun et chacune doit avoir une chance équitable de développer son potentiel. Dans le cadre de notre travail, nous voyons chaque jour des personnes faire preuve de beaucoup de courage, de talent et de persévérance pour améliorer non seulement leurs perspectives personnelles, mais également faire évoluer leur environnement de manière positive – si on leur en donne la possibilité. 

Multiplier les opportunités équitables permet de changer le monde. Merci de vous engager à nos côtés pour l’égalité des chances.

Pour des chances équitables

Le hasard a voulu que Madina, Sundar et Clemencia naissent dans un lieu où ils sont privés d'eau propre, de formation ou de participation citoyenne. Faites de l'égalité des chances une réalité!
J’agis pour l’égalité des chances!

L’histoire de Madina Muhuthage, Mozambique:
«De toutes mes tâches, aller chercher de l’eau est la plus épuisante»

Kampagne 2021 Mosambik | © Ricardo Franco
Elle rapporte chaque jour une eau qui rend malade depuis un point d’eau à ciel ouvert: Madina Muhuthage rêve d’un avenir meilleur. © Ricardo Franco

«Je vis à Hurucune, un petit village du district de Memba, au Mozambique. Je suis née ici, comme ma mère, ma grand-mère et mon arrière-grand-mère. Quand je me réveille le matin, ma journée sera la même que la leur autrefois: je vais me lever à quatre heures et nouer ma "capulana", un tissu traditionnel, autour de mes hanches, un autre tissu autour de ma tête. Je vais me rendre chez mes parents et m’occuper des tâches quotidiennes. De toutes celles-ci, aller chercher de l’eau est la plus épuisante.» 

Lire ici l’article sur Madina dans son intégralité

L’histoire de Sundar Thapa, Népal:
«Continuer de me former n’était tout simplement pas envisageable»

Kampagne 2021 Nepal | © Narendra Shrestha
Après la scolarité réglementaire, il n’a pas pu continuer l’école: Sundar Thapa travaille aujourd’hui dans les rues de Katmandou. © Narendra Shrestha

«Depuis mon plus jeune âge, la principale préoccupation de ma famille était de savoir comment nous allions survivre. Le sol de nos champs à Dolakha (un district à l’est de Katmandou, au pied de l’Himalaya) était si mauvais que ceux-ci ne nous permettaient même pas de subvenir aux besoins de la famille pendant la moitié de l’année. La misère ne laissait pas de place aux questions sur l’école et la formation. J’ai fait ma scolarité réglementaire. Dès l’adolescence, j’ai travaillé dans les champs des autres pour pouvoir acheter des fournitures scolaires. Mais continuer l’école au-delà n’était tout simplement pas envisageable, et je n’ai pas non plus eu la possibilité de suivre une quelconque formation.»

Lire ici l’article sur Sundar dans son intégralité

L’histoire de Clemencia López Cabrera, Guatemala:
«On nous disait que les femmes comptent moins»

Kampagne 2021 Guatemala | © Sandra Sebastian/fairpicture/Helvetas
Elle a longtemps cru que seuls les hommes sont autorisés à parler et à décider: Clemencia López Cabrera est en train de découvrir sa voix. © Sandra Sebastian/fairpicture/Helvetas

«Je vis à El Rincón, un village de la commune de San Martín Sacatepéquez, à environ trois heures de Guatemala City. Je suis l’aînée de sept enfants, dont cinq filles. Je n’ai pas eu le droit d’aller au-delà de la sixième année d’école: ‘‘Pourquoi dépenser de l’argent pour vous les filles, puisque vous allez de toute façon vous marier?’’ Pour pouvoir aller à l’école, je devais me lever tôt et d’abord faire le ménage. Je n’avais pas de fournitures scolaires. À nous les femmes, on disait que nous comptions moins que les hommes et n’avions pas à donner notre avis. Qu’une femme était faite pour s’occuper du ménage et avoir des enfants, pas pour intervenir en public.» 

Lire ici l’article sur Clemencia dans son intégralité

Pour des chances équitables

Le hasard a voulu que Madina, Sundar et Clemencia naissent dans un lieu où ils sont privés d'eau propre, de formation ou de participation citoyenne. Faites de l'égalité des chances une réalité!
J’agis pour l’égalité des chances!

La garantie ZEWO: votre don entre de bonnes mains

Helvetas est certifiée par Zewo, qui distingue les organisations d'entraide répondant des critères d'utilisation correcte de leurs fonds. Pour en savoir plus

Votre don offre à des enfants, à des femmes et à des hommes défavorisés dans les pays partenaires d’Helvetas une chance équitable d’obtenir ce dont ils ont le plus besoin. Un grand merci pour votre précieux soutien!