Kampagne 2021 Nepal | © Narendra Shrestha
Genève – 18 novembre 2021

L’égalité des chances ne doit pas relever du hasard

© Narendra Shrestha

Dans sa nouvelle campagne, l’ONG suisse Helvetas dresse le portrait de trois personnes sur trois continents que le hasard a fait naître dans des lieux où elles n’ont pas accès à l’eau potable, se trouvent dans l’impossibilité de se former ou sont privées de la participation aux décisions collectives. Forte de la conviction que l’égalité des chances ne doit pas relever du hasard, Helvetas s’engage pour des personnes comme elles, en proposant une aide à l’autonomie.

Rien n’est autant dû au hasard que notre lieu de naissance. Nos conditions de départ dans la vie varient fortement en fonction de l’endroit et du contexte dans lesquels nous naissons. Et c’est elles qui déterminent, du moins en partie, les opportunités et les obstacles que nous trouverons sur notre route. Faisons-nous partie des privilégiés nés dans un pays où l’eau potable et une alimentation équilibrée vont de soi? Nos enfants ont-ils la possibilité d’aller à l’école, d’apprendre un métier et de déployer leur potentiel? Pouvons-nous prendre part aux décisions concernant notre communauté et notre environnement et exprimer ouvertement notre avis et nos revendications sans craindre de subir des menaces?

Les conditions d’une vie autonome, dans la dignité et la sécurité, sont loin d’être garanties partout. «Les mêmes chances pour tout le monde», cette grande promesse formulée par la société moderne, est une promesse non tenue.

Helvetas, organisation suisse de coopération au développement et d’aide humanitaire, entend sensibiliser le public à cette situation injuste. Dans ses 30 pays partenaires, des centaines de collaboratrices et collaborateurs, en majorité locaux, voient chaque jour des personnes défavorisées faire preuve d’une incroyable ténacité pour améliorer leurs perspectives en dépit de circonstances très difficiles. Mais ils voient aussi qu’un monde plus équitable est possible. La nouvelle campagne d’Helvetas montre pourquoi l’engagement de chacune et de chacun est nécessaire pour y parvenir.

Il est possible de sortir de la pauvreté – si l’on dispose de chances équitables

Sur les affiches visibles à partir d’aujourd’hui dans toute la Suisse, deux femmes et un homme, de trois continents, racontent leur histoire. Trois personnes qui, du fait de leur lieu de naissance, doivent relever plus de défis dans leur vie que la plupart des gens en Suisse. Chacune d’elles représente l’un des trois volets essentiels du développement durable:

  • L’égalité des chances, c’est avant tout l’assurance des droits fondamentaux: avoir accès à l’eau potable, disposer d’une alimentation saine et se savoir protégé des effets du changement climatique.
    Au Mozambique, Madina Muhuthage, 21 ans, habite un village où l’eau, qu’elle doit puiser dans un trou dans le sol, transmet des maladies. Aujourd’hui encore, une personne sur dix dans le monde n’a pas accès à l’eau potable ; en Afrique subsaharienne, cette proportion atteint même 40%. L’installation, en cours, d’un système à pompe solaire permettant d’extraire de l’eau propre va améliorer la situation du village de Madina et offrir aux enfants et aux adultes la chance de mener une vie en bonne santé.
  • Pour garantir l’égalité des chances, il faut également des possibilités de formation et d’emploi, ouvrant des perspectives de revenus et permettant de bâtir une existence solide. Sundar Thapa, 33 ans, du Népal, est né dans une famille pauvre et n’a pas eu la possibilité d’apprendre un métier. Aujourd’hui, il gagne sa vie comme vendeur ambulant, luttant constamment pour survivre. Il souhaite effectuer une formation et espère pouvoir offrir un avenir meilleur à sa fille.
  • Enfin, l’égalité des chances inclut le droit de participer aux décisions, faire entendre sa voix et être à l’abri de discriminations.
    Clemencia López Cabrera, 29 ans, est née à El Rincón, un villlage du Guatemala, dans une société où l’on inculque aux femmes qu’elles n’ont pas leur mot à dire. Après avoir suivi des cours de développement de l’estime de soi et des capacités de négociation et de direction, elle s’engage aujourd’hui pour les droits des femmes – et donc pour de meilleures conditions dans son village – dans le cadre de groupements de femmes et d’organes locaux.

La campagne entend attirer l’attention sur la nécessité d’agir.

En nous engageant, nous pouvons façonner les conditions-cadre de manière à donner à toutes les personnes une réelle chance de mener une vie en bonne santé, en sécurité et en toute autonomie – quel que soit leur lieu de naissance. L’égalité des chances ne doit pas relever du hasard.

Informations complémentaires:

Renseignements:

Responsable media / Porte-parole
Aude Marcovitch Iorgulescu