© Helvetas
Madagascar – 12 août 2018

Apprendre les uns des autres pour unir la voix du plaidoyer

© Helvetas

Heritiana Rakotomalala, Responsable thématique WASH et Changement Climatique auprès de Helvetas Madagascar a participé à l’Atelier régional pour l'Afrique de l’Est du Consortium suisse de l'eau et de l'assainissement qui s’est tenu à Nampula, Mozambique, du 16 au 20 juillet 2018.

Cinq membres du Consortium suisse de l'eau et l’assainissement ont participé à cet atelier régional dont les objectifs principaux ont été de renforcer les relations entre les ONG suisses actives en Afrique de l’Est et de poursuivre l'échange des bonnes pratiques après la fin de phase du programme global financé par la DDC. Ce fut également une occasion d'apprendre de chaque pays et de renforcer le plaidoyer en faveur de l'intégrité de l'eau.

Voici les points saillants de cet atelier :

  • Mise au point sur le consortium, l'évolution des projets et les résultats obtenus. Le thème de l'intégrité de l'eau a été introduit, ce qui a permis de comprendre pourquoi l'intégrité peut aider à résoudre de nombreux goulots d'étranglement à différents niveaux. Lors des travaux de groupes, les participants se sont mis dans la position du gouvernement, des communautés, des ONGs et des opérateurs privés. Il en a été conclu que le manque d'intégrité – transparence, responsabilité et participation - est l'une des principales raisons de l'échec de la fourniture de services d'eau en milieu rural et périurbain.
  • Présentation de plusieurs outils du Water Integrity Network (WIN) tels que la boîte à outils de gestion de l'intégrité pour les petits systèmes d'approvisionnement en eau et le Pacte d'intégrité. La boîte à outils concerne une méthodologie utilisée au Kenya et en Éthiopie qui fournit des outils directement liés à l'intégrité et qui aident à améliorer la transparence, la responsabilité et la participation des clients. L’outil Pacte d’intégrité peut être utilisé pour assurer l'intégrité, par exemple dans le cadre d'un processus d'approvisionnement. L'un des points les plus importants de cette présentation a été la conclusion que la corruption peut être atténuée, mais pas complètement éliminée. L’intégrité de l’eau requiert une flexibilité pour s'adapter aux règles et cultures locales tout en conservant les caractéristiques essentielles et en s'inspirant des meilleures pratiques internationales. Elle exige également un bon système de contrôle indépendant, doté de ressources adéquates. Et enfin une volonté politique et un engagement en faveur d'une mise en œuvre réussie.
  • Partage des bonnes pratiques sur l’utilisation de l'audit social pour surveiller l'investissement public dans l’eau, assainissement et hygiène : Quand la connaissance réduit les coûts, la Gestion de l'approvisionnement en eau potable par un opérateur privé et la prestation de services par l'intermédiaire d'un opérateur privé.

Les participants ont également pu visiter le système d'approvisionnement en eau du village situé dans le district de Ribauè. Lors de cette visite, un des groupes a visité les consommateurs, où une partie de la méthodologie Toolbox a été utilisée, et l’autre a eu une réunion avec l'opérateur privé et le service de l'eau au niveau du district.

Les derniers jours ont été consacrés à la présentation d'autres bonnes pratiques des équipes de projet ou les autres expériences qu'ils aimeraient mettre en œuvre dans leurs projets ainsi que pour discuter du concept des écoles bleues et des expériences avec cette approche. Le Blue School concept 2.0 a été présenté aux participants, le document était le fruit des échanges et réflexions depuis plus d’une année dont le dernier atelier a eu lieu à Nairobi l’an dernier.

En résumé, toutes les parties prenantes ont une part de responsabilité dans la question de la durabilité de l'approvisionnement en eau en milieu rural. La corruption est partout et à tous les niveaux, ce qui manque dans le secteur de l'eau, c'est une coordination efficace et l'intégrité de toutes les parties prenantes à tous les niveaux.