© Helvetas/Simon B.Opladen

Une route pour changer la vie des villages

© Helvetas/Simon B.Opladen

Avec le soutien d'Helvetas les communautés rurales du Burkina Faso planifient et réalisent les infrastructures qui leur permettent d'accéder aux services de base et développer des activitivés économiques

Pourquoi construire des pistes

Pour les habitants de nombreux villages au Burkina Faso, aller au marché, au centre de santé, à l’école ou à la mairie, n’est souvent pas facile : les routes sont très difficiles à parcourir, et surtout pendant la saison des pluies, les inondations rendent le déplacement presque impossible.

Assurer l’accès aux services de base et améliorer les opportunités de développement de ces communautés est un engagement qu’Helvetas a pris dès son arrivée au Burkina Faso en 2003, avec le premier projet sur mandat de la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC).

Les pistes rurales, et de plus en plus aussi d'autres infrastructures et interventions comme l'aménagement des bas-fonds ou le reboisement, sont réalisées suivant l’approche à Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO). Celle-ci a comme objectif d'engager les collectivités locales, les communautés et leurs partenaires publics et privés dans la planification, la construction et la gestion des ouvrages.

Helvetas accompagne les autorités communales et régionales pour qu’elles deviennent de plus en plus autonomes dans la planification, la programmation, la mobilisation et la gestion des ressources utilisées pour la réalisation ou réhabilitation des infrastructures. On travaille avec des entreprises et des bureaux d’études de la zone et on les forme aux méthodes HIMO qui prévoient l’utilisation d’équipements légers, de matériaux locaux et l’emploi de main d'œuvre intensive. On recrute et on forme des hommes et des femmes qui vont réaliser les ouvrages.

Ce choix permet de privilégier la création d’emploi et de contribuer à réduire la pauvreté, et surtout de renforcer les capacités dans les villages et d’augmenter la cohésion sociale. Les gens participent à toutes les étapes de la réalisation des ouvrages ; ils travaillent ensemble et avec les institutions, ils réalisent l’importance de la participation des communautés à la prise de décisions concernant les infrastructures à réaliser et la façon de les gérer.

Le parcours envisagé par l'approche HIMO

  • Les communes transmettent leurs demandes pour la réalisation d’infrastructure
  • Toutes les demandes sont prises en considération par un comité d’arbitrage qui décide sur la base de critères socio-économiques, techniques et démographiques.
  • Une formation sur l’approche HIMO est organisée pour les entreprises locales et les bureaux d’étude qui réalisent le projet et les ouvrages
  • Les populations des villages sont sensibilisées au projet ; des mécanismes pour recruter la main d’œuvre et pour prévenir et résoudre les conflits sont mis en place
  • Des chantiers-écoles sont installés pour former les maçons locaux
  • Des comités villageois pour la gestion et l’entretien des pistes sont constitués dans chaque commune intéressée par les travaux

 

© Helvetas
Plus de 195’000 personnes recrutées localement ont travaillé pour réaliser les infrastructures dans 44 communes du Burkina Faso © Helvetas
1/2
Dans les projets HIMO en cours plus de 64% de la main d’œuvre locale est composée de femmes.
2/2

Les impacts

La réalisation d’infrastructures basée sur l'approche HIMO a des retombées économiques et sociales positives pour les communautés. Une étude d'impact a démontré que les revenus des ménages ont augmenté de 90 pour cent grâce aux profits supplémentaires liés à la participation aux travaux de construction des pistes et à un meilleur accès aux marchés pour vendre les produits agricoles et acheter les intrants. L’argent gagné a permis à 79 pour cent des personnes d’améliorer leur état de santé, à 74 pour cent d’augmenter leur capital, et à 72 pour cent de rénover ou bâtir une nouvelle maison.

Après la construction d'une piste le femmes peuvent se rendre plus facllment aux centres de santé pour les soins prénatals et l'accouchement : ceci permet de limiter les complications qui peuvent survenir lors de l'accouchement à domicile

Des routes vertes pour augmenter la résilience

Les routes ont un impact important sur l'hydrologie de surface et souterraine ; elles peuvent donc devenir un puissant moyen pour améliorer la gestion des ressources naturelles et augmenter la résilience des communautés impliquées.

L'approche HIMO permet de transformer la réalisation de pistes dans un instrument pour retenir l’eau de ruissèlement et donc augmenter le potentiel d’irrigation et d’activités agricoles le long des routes, contrôler l’érosion des sols, réduire la poussière grâce au reboisement des bordures, et renforcer la résistance aux inondations.

La riche expérience gagnée dans la construction des pistes a permis à Helvetas d’élargir les domaines d’application de l’approche HIMO. Actuellement la méthode est utilisée pour réaliser différents types d’aménagement tels que bas-fonds, périmètres maraîchers, diguettes, cordons pierreux, des réservoirs d’eau, des puits à grand diamètre, du reboisement, etc.

 

© Helvetas
La pose de cordons pierreux permet de mieux contrôler l'eau de ruissèlement © Helvetas
1/2
© Helvetas
A travers le programme HIMO presque 100 ha de bas-fonds et périmètres maraichères ont été aménagés © Helvetas
2/2

Les résultats

Au Burkina Faso, Helvetas a mis en place une dizaine de programmes HIMO dans 7 régions et 44 communes.

Les expériences cumulées de travail avec les communautés et les collectivités locales ont permis de :

Réaliser et réhabiliter plus de 700 km de pistes rurales dans plusieurs régions du pays

Désenclaver environ 437 villages des zones d’interventions

Faciliter la mobilité et l’accès aux infrastructures socio-économiques de base (écoles, centres de santé, marchés, zones de production agro-sylvo-pastorales…) à plusieurs centaines de milliers de personnes des villages désenclavés

Aménager 97 ha de bas-fonds et de périmètres maraichers

Reboiser 59 ha de terres

Créer des emplois pour presque 195`000 personnes dont 47% de femmes (main d’œuvre locale). Pour les projets en cours la participation féminine a atteint 64% .

 

Projets en cours

Programme d’appui à la Décentralisation et à la Participation Citoyenne (DEPAC) financé par la DDC : réalisation de 120 km et entretien de 150 km de pistes rurales

Projet Sécurité Alimentaire à l’Est du Burkina (PSAE) financé par l’Agence Française de développement (AFD) : réalisation de 100 km pistes rurales

Projet Emplois des Jeunes et Développement des Compétences (PJDC) financé par la Banque Mondiale : réalisation de120 km de pistes rurales et des Investissements communaux dans le domaine de la gestion des ressources naturelles ainsi que des infrastructures de soutien à la production agricole et pastorale